Make your own free website on Tripod.com

exploration méditation

Eckart Tolle

lecture d'un texte méditatif tiré d'un livre d'Eckart Tolle, lors de... :

photo-eckart-tolle.jpg
site officiel d'Eckart Tolle
Le pouvoir du moment présent et Quiétude
Eckart Tolle

Depuis sa parution en 1997, le premier livre de Eckart Tolle, Le pouvoir du moment présent, guide d'éveil spirituel a eu une forte répercussion sur le conscient collectif de la planète.  Il a en effet été traduit en 15 langues et il est devenu un best-seller dans de nombreux pays.

pouvoir-moment-present.jpg

Son succès vient du fait qu'Eckart Tolle sait nous amener directement à l'intérieur de nous même, dans cet endroit paisible, au de là du mental et du contrôle de notre ego.  Et comme tous les grands maîtres spirituels, Eckart Tolle nous partage d'abord son expérience d'illumination vécue à la suite d'une transformation personnelle.

quietude.gif

Dans ce 2e ouvrage tant attendu, Quiétude,  Eckart Tolle nous propose des enseignements à la fois pratiques et d'une profondeur nouvelle.  Son message, d'une grande simplicité, nous invite, par la quiétude, à dépasser le mental et les émotions pour découvrir la paix intérieure, la sérénité et la nature essentielle de l'être.

Voici une lecture méditative de son dernier livre Quiétude, À l'écoute de sa nature essentielle.

Quiétude - Lecture méditative

En surface, le Présent ressemble à un moment parmi d'autres.  Chaque jour de votre vie semble composé de milliers d'instants au cours desquels ont lieu divers événements.  Mais à y regarder de plus près, n'y a-t-il pas qu'un seul moment ?  La vie n'est-elle pas « ce moment », toujours ?

Ce moment unique - le Présent - est le seul dont vous ne pourrez jamais vous échapper, l'unique facteur constant de votre vie.  Quels que soient les événements ou les changements de votre vie, une chose est certaine : c'est toujours maintenant.

Puisqu'on ne peut échapper au Présent, pourquoi ne pas l'accueillir, s'en faire un ami ?

Lorsque vous devenez l'ami du moment présent, vous voilà à l'aise partout.  Lorsque vous ne vous sentez pas à l'aise dans le Présent, où que vous alliez, vous portez ce malaise avec vous.

Le moment présent est comme il est.  Toujours.  Pouvez-vous le lui permettre ?

La division de la vie en passé, présent et futur est une construction mentale et, en définitive, illusoire.  Le passé et le futur sont des formes-pensées, des abstractions mentales.  On ne peut se rappeler le passé que Maintenant.  Ce que vous vous rappelez est un événement survenu dans le Présent, que vous vous rappelez Maintenant.  Le futur, lorsqu'il arrive, est le Présent.  Donc, tout ce qui est réel, la seule chose à jamais se produire, c'est vraiment le Présent.

Porter son attention au Présent, ce n'est pas nier ce qui est nécessaire; c'est reconnaître l'essentiel.  On peut alors fort aisément s'occuper de l'accessoire.  Il ne s'agit pas de dire : « Je ne m'occupe plus de rien, car il n'y a que le Présent. »  Non.  Trouvez d'abord l'essentiel et faites-vous un ami, plutôt qu'un ennemi, du Présent.  Reconnaissez-le, respectez-le.  Lorsque le Présent est le fondement et le point de mire essentiel de votre vie, celle-ci se déroule avec aisance.

En rangeant la vaisselle, en établissant une stratégie commerciale, en préparant un voyage, qu'y a-t-il de plus important : le geste ou le résultat visé ?  Ce moment-ci ou un moment futur ?

Traitez-vous ce moment comme un obstacle à surmonter ?  Avez-vous l'impression de devoir atteindre un moment futur qui serait plus important ?

Presque tout le monde vit ainsi, la plupart du temps.  Puisque l'avenir n'est jamais là, sauf sous la forme d'un Présent, ce mode de vie reste dysfonctionnel.  Il engendre un constant courant sous-jacent de malaise, de tension et de mécontentement.  Il ne respecte pas la vie, qui est le Présent et rien d'autre.

Sentez la vitalité de votre corps.  Elle vous ancre dans le Présent.

En définitive, vous ne devenez responsable de la vie qu'en assumant la responsabilité de cet instant - maintenant.  Voilà pourquoi le Présent est le seul espace de vie.

Prendre la responsabilité de cet instant, c'est ne pas s'opposer intérieurement à la forme qu'adopte le Présent, ne pas discuter avec ce qui est, mais bien plutôt s'aligner sur la vie.

Le Présent est ainsi parce qu'il ne peut en être autrement.  Ce que les bouddhistes ont toujours su, les physiciens le confirment à présent : il n'y a ni objets ni événements isolés.  Sous l'apparence superficielle, tout est interrelié, tout fait partie de la totalité du cosmos, qui a suscité la forme que prend cet instant.

En acquiesçant à ce qui est, vous vous alignez sur le pouvoir et l'intelligence de la Vie même.  Alors, seulement, vous pouvez devenir un agent de changement positif dans le monde.

Une pratique spirituelle simple mais radicale consiste à accepter tout ce qui survient dans le Présent en soi et en dehors.

Lorsque votre attention est concentrée sur le Présent, une vigilance s'enclenche.  C'est comme lorsque vous vous éveillez d'un rêve : celui de la pensée, du passé et du futur.  Tant de clarté, de simplicité !  Aucune possibilité de créer des problèmes.  Juste cet instant, tel quel.

Dès que vous entrez dans le Présent avec votre attention, vous réalisez que la vie est sacrée.  Lorsque vous êtes présent, tout ce que vous percevez a un caractère sacré.  Plus vous vivez dans le Présent : plus vous ressentez la joie simple mais profonde de l'Être et du caractère sacré de toute vie.

La plupart des gens confondent le Présent avec ce qui s'y passe, mais ce n'est pas le cas.  Le Présent est plus profond que ce qui s'y déroule : c'est l'espace dans lequel cela se déroule.

Ne confondez donc pas le contenu de cet instant avec le Présent.  Le Présent est plus profond que tout ce qu'il renferme.

Lorsque vous entrez dans le Présent, vous sortez du contenu de votre mental.  L'incessant flux mental ralentit.  Les pensées n'absorbent plus toute votre attention, ne vous aspirent pas complètement.  Des écarts surviennent entre les pensées - ampleur, calme.  Vous commencez à voir que vous êtes plus vaste et plus profond que vos pensées.

Les pensées, les émotions, les perceptions sensorielles et toutes vos expériences composent le contenu de votre vie.  « Ma vie », c'est ce dont vous tirez votre sentiment de soi, et « ma vie », c'est du contenu, ou du moins ce que vous croyez.

Vous négligez continuellement l'évidence même : votre sens le plus intime du Je Suis n'a rien à voir avec ce qui se passe dans votre vie, ni avec son contenu.  Ce sentiment de Je Suis est uni au Présent.  Il est toujours le même.  Dans l'enfance et la vieillesse, la santé ou la maladie, le succès ou l'échec, le Je Suis - l'espace du Présent - demeure inchangé en profondeur.  Comme vous le confondez habituellement avec le contenu, vous ne le vivez, comme le Présent, que d'une manière faible et indirecte, par le contenu de votre vie.  Autrement dit, votre sentiment d'être est obscurci par les circonstances, le flux de votre pensée et les mille choses de ce monde.  Le Présent est assombri par le temps.

Vous oubliez donc votre enracinement dans l'Être, votre réalité divine, et vous vous perdez dans le monde.  La confusion, la colère, la dépression, la violence et le conflit surviennent lorsque les humains oublient qui ils sont.

Pour retourner chez soi, il est facile de se rappeler la vérité :

Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions, ni mes perceptions sensorielles, ni mes expériences.  Je ne suis pas le contenu de ma vie.  Je suis la vie.  Je suis l'espace dans lequel tout se produit.  Je suis la conscience.  Je suis le Présent.  Je Suis.

(Chapitre 4 Le Présent tiré de l'ouvrage Quiétude, Éditions Ariane)

 
 
Mettre en pratique le pouvoir du moment présent - Lecture méditative

le-pouvoir-du-moment-present.jpg

Voici une lecture méditative et un exercice extrait de son livre-guide Mettre en pratique le pouvoir du moment présent, Enseignements essentiels méditations et exercices pour jouir d'une vie libérée.

« L'Être n'existe cependant pas seulement au-delà mais aussi au coeur de toute forme ; il constitue l'essence invisible et indestructible la plus profonde.  Mais ne cherchez pas à le saisir avec votre mental ni à le comprendre.

Vous pouvez l'appréhender seulement lorsque votre « mental » s'est tu.  Quand vous êtes présent, quand votre attention est totalement et intensément dans le présent, vous pouvez sentir l'être.  Mais vous pouvez jamais le comprendre mentalement. »

Retrouver cette présence à l'être et se maintenir dans cet état de « sensation de réalisation », c'est cela l'illumination.

Le terme évoque l'idée d'un accomplissement surhumain, et l'ego aime s'en tenir à cela.  Mais l'illumination est tout simplement votre état naturel, la sensation de ne faire qu'un avec l'Être.

L'ILLUMINATION, C'EST TROUVER VOTRE VRAIE NATURE AU-DELÀ DE TOUT NOM ET DE TOUTE FORME.

C'est l'identification au « mental », car celle-ci amène la pensée à devenir compulsive. L'incapacité à s'arrêter de penser est une épouvantable affliction.

Nous ne nous en rendons pas compte parce que presque tout le monde en est atteint : nous en venons à la considérer comme normale.  Cet incessant bruit mental vous empêche de trouver ce royaume de calme intérieur qui est indissociable de l'Être ».  Ce bruit crée également un faux moi érigé par l'ego qui projette une ombre de peur et de souffrance sur tout.

L'identification au mental crée chez vous un écran opaque de concepts, d'étiquettes, d'images, de mots, de jugements et de définitions qui empêchent toute vraie relation.  Cet écran s'interpose entre vous et vous-même, entre vous et votre prochain, entre vous et la nature, entre vous et le divin.  C'est cet écran de pensées qui amène cette illusion de divisions, l'illusion qu'il y a vous et un « autre », totalement séparé de vous.  Vous oubliez un fait essentiel : derrière le plan des apparences physiques et de la diversité des formes, vous ne faites qu'un avec tout ce qui est.

Le mental est un magnifique outil si l'on s'en sert à bon escient.  Dans le cas contraire, il devient très destructeur.  Plus précisément, ce n'est pas tant que vous utilisez mal votre « mental » ; c'est plutôt qu'en général vous ne vous en servez pas du tout car c'est lui qui se sert de vous.  Et c'est cela la maladie, puisque vous croyez être votre mental.  C'est cela l'illusion.  L'outil a pris possession de vous. »

Exercice pour se libérer du mental :

Écoutez aussi souvent que possible cette voix dans votre tête.  Prêtez particulièrement attention aux schémas de pensée répétitifs, à ces vieux disques qui jouent et rejouent les mêmes chansons peut-être depuis des années.  C'est ce que j'entends quand je vous suggère « d'observer le penseur ».  C'est une autre façon de vous dire d'écouter cette voix dans votre tête, d'être la présence qui joue le rôle de témoin.

Lorsque vous écoutez cette voix, faites-le objectivement, c'est-à-dire sans juger.

Ne condamnez pas ce que vous entendez, car si vous le faites, cela signifie que cette même voix est revenue par la porte de service.  Vous prendrez bientôt conscience qu'il y a la voix et qu'il y a quelqu'un qui l'écoute et qui l'observe.

Cette prise de conscience que quelqu'un surveille, ce sens de votre propre présence, n'est pas une pensée.  Cette réalisation trouve son origine au-delà du « mental ».

(Extrait de l'ouvrage Mettre en pratique le pouvoir du moment présent, Éditions Ariane)