Make your own free website on Tripod.com

exploration méditation

atisha

venez expérimenter la méditation ATISHA...

neo-tarot-38-180.gif
TRANSFORMATION - tiré du Osho Neo-Tarot

La méditation du coeur d'Atisha ou méditation Tonglen aide à ouvrir ou à ré-ouvrir le coeur et à ressentir la paix intérieure.

La douleur est naturelle, il faut la comprendre et elle doit être acceptée.  Naturellement nous avons peur de la douleur, naturellement nous l'évitons, de ce fait de nombreuses personnes évitent le coeur et se réfugient dans la tête.  Le coeur provoque de la douleur, c'est vrai, mais seulement parce qu'il donne du plaisir ; c'est pour cela qu'il donne de la douleur.  La douleur est le chemin qui mène au plaisir ; l'angoisse, la porte par laquelle entre l'extase.

Si l'on est conscient de cela, l'on accepte la douleur comme une bénédiction et soudainement la nature de la douleur commence à se transformer.  Vous n'êtes plus en opposition avec elle et parce que vous n'êtes plus en opposition avec elle, ce n'est plus une douleur, c'est une amie.  C'est un feu qui va vous purifier, c'est une transmutation, un processus par lequel l'ancien disparaîtra et le nouveau émergera, un processus par lequel le mental disparaîtra et le coeur se mettra à fonctionner dans sa totalité.  Alors, la vie devient une bénédiction.

Essayez cette méthode d'Atisha, grand saint érudit indien (982-1054)

atisha-noir-et-blanc-2-100.jpg

Lorsque vous inspirez - écoutez attentivement, c'est une des méthodes les plus extraordinaires - lorsque vous inspirez, pensez que vous inspirez tous les malheurs de l'humanité, toute l'obscurité, toute la négativité, tout l'enfer qui existe dans le monde, vous les inspirez et les laissez être absorbés dans votre coeur.

Vous avez peut-être lu ou entendu parler des soi-disant « penseurs positifs » en occident.  Ils disent juste le contraire mais ils ne savent pas ce qu'ils disent. « Lorsque vous expirez » disent-ils « rejetez tout votre malheur et votre négativité et lorsque vous inspirez, absorbez la joie, la positivité, le bonheur, la gaieté ».

La méthode d'Atisha est tout l'opposé ; lorsque vous inspirez, inspirez tout le malheur et la souffrance de toute l'humanité, passée, présente et future.

Lorsque vous expirez, expirez toute la joie que vous êtes ; lorsque vous expirez, expirez tout le bonheur que vous êtes, toute la bénédiction qui vous emplit.  Expirez, déversez-vous dans l'existence.

C'est la méthode de la compassion ; buvez toute la souffrance et répandez la bénédiction.

Et si vous le faites, vous serez surpris ; au moment où vous absorbez en vous les souffrances du monde, elles ne sont plus souffrances.  Le coeur transforme immédiatement l'énergie.  Le coeur est une force transformatrice, absorbez le malheur et il se transforme en félicité... et déversez-le alors autour de vous.

atisha-noir-et-blanc-1-100.jpg

Lorsque vous aurez appris que votre coeur est capable de cette magie, de ce miracle, vous souhaiterez l'expérimenter encore et encore.

Essayez, c'est une méthode des plus pratique, simple et elle donne des résultats immédiats.  Pratiquez-la aujourd'hui et constatez.

Essayez cette merveilleuse méthode de compassion, absorbez tout le malheur et déversez toute votre joie.

planete-terre.gif

La méditation ATISHA - commencez par vous-même...

« Pour développer ta faculté d'absorber, commence par toi-même. »

Vous ne pouvez rien faire pour les autres que vous n'ayez d'abord fait pour vous-même.

Vous pouvez blesser les autres si vous vous êtes blessés vous-même, vous serez un casse-pied pour les autres si vous êtes un casse-pied pour vous-même, et vous ne pouvez être une bénédiction pour les autres que si vous êtes une bénédiction pour vous-même.

...

Plutôt que de commencer à prendre toute la misère du monde et à l'accueillir dans votre coeur, commencez par votre propre misère.  N'allez pas tout de suite en eau profonde ; commencez par apprendre à nager là où vous avez pied...  Vous pouvez vous dire « Oui, Je prends toute la misère du monde » - mais que savez-vous de toute la misère du monde ?  Vous n'avez pas même fait l'expérience de votre propre misère.

Nous continuons à fuir notre propre souffrance.  Si vous n'avez pas le moral, vous allumez la radio ou la télé pour vous distraire.  Vous vous mettez à lire le journal et ainsi vous oubliez votre souffrance, ou vous allez au cinéma, ou vous allez voir votre femme ou votre mari... ce n'est qu'une manière comme une autre de vous protéger de vous-même, de sorte que vous n'ayez pas à voir combien ça fait mal là-dedans.

Tout d'abord, vous devez commencer par vous-même.  Si vous êtes malheureux, que cela devienne l'objet de votre méditation.  Fermez la porte, asseyez-vous en silence.  Commencez par ressentir la souffrance aussi intensément que possible.  Sentez comme ça fait mal.  Quelqu'un vous a fait un affront : et maintenant, qu'allez-vous faire pour sauver la face, aller trouver cette personne et l'injurier à votre tour ?  Non, ce n'est pas ça la méditation.

...

Si quelqu'un vous a insulté, soyez-lui reconnaissant de vous offrir la chance de ressentir une profonde blessure...  Fermez simplement la porte, asseyez-vous en silence, sans nourrir de colère pour cette personne mais en étant totalement attentif à l'émotion qui se présente en vous - le sentiment désagréable d'avoir été rejeté, d'avoir été humilié.  Et alors, vous serez surpris de voir que non seulement cette personne mais aussi tous ceux qui un jour ou l'autre vous ont insulté vont vous revenir en mémoire...  Cessez toute occupation, car c'est encore une drogue insidieuse.  Soyez seulement silencieux, complètement seul.  N'essayez même pas de prier, parce que c'est à nouveau une drogue, vous recommencez à être occupé, vous vous mettez à parler à Dieu, à prier, vous vous évadez de vous-même.

atisha-couleur-100.gif

Atisha nous dit : soyez vous, c'est tout.

Quel que soit le mal et quelle que soit la souffrance qu'il en coûte, laissez-le se produire, c'est tout.  Commencez par l'expérimenter dans sa totale intensité.  Ce sera difficile, ce sera déchirant : il se pourrait que vous vous mettiez à pleurer comme un enfant, ou à vous rouler par terre de douleur, ou que votre corps soit pris de convulsions.  Il se pourrait que vous vous rendiez compte tout à coup que la souffrance n'est pas seulement dans votre coeur, qu'elle est partout dans votre corps - que ça fait mal partout, que c'est douloureux partout, que votre corps n'est que souffrance.

Si vous arrivez à faire cette expérience - c'est primordial, commencez alors à l'accueillir... accueillez-la, prenez-la, acceptez-la, chaleureusement, avec reconnaissance.  Il vous faudra peut-être plusieurs jours avant d'arriver à la digérer, mais le jour où cela se produira, vous aurez ouvert une porte qui vous mènera vraiment très loin.  Un nouveau voyage aura commencé dans votre vie, vous irez vers un nouveau mode d'être - parce qu'immédiatement, au moment où vous acceptez la souffrance sans la moindre résistance, son énergie et sa qualité changent.  Cela cesse d'être de la souffrance.

En fait on est simplement étonné, on ne peut pas le croire, c'est si incroyable.  On ne peut pas croire que la souffrance peut être transformée en béatitude, que la peine peut devenir de la joie.

...

Chaque fois que quelque chose atteint sa plénitude, il se transforme en son opposé.  C'est là le grand secret dont il faut se souvenir... vous ne le croirez pas la première fois que cela se produira, que votre propre souffrance accueillie de plein gré, chaleureusement, se transforme en une grande bénédiction.  La même énergie qui devient haine devient amour, la même énergie qui devient douleur devient plaisir, la même énergie qui devient souffrance devient bonheur.

...

Chevauchez le souffle entrant et votre petit coeur est plus grand que tout l'univers, si vous saviez quels miracles il peut accomplir...  Laissez alors les bénédictions chevaucher le souffle sortant vers tous les coins et recoins de l'existence.

atisha-couleur-100.gif

Atisha nous dit : C'est cela la compassion.

La compassion doit devenir une force de transformation de l'existence - transformant le moche en beau, donnant un baiser au crapaud et le transformant en prince charmant, transformant l'obscurité en lumière.  Devenir un tel vecteur de transformation c'est cela la compassion.

book-wisdom-osho-100.jpg
Osho Rajneesh, éditeur : K. Prabhu

 

Texte traduit du livre The Book of Wisdom : Discourses on Atishas Seven Points of Mind Training